IMPÔTS ET TAXES


Impôts 2021. À quelle date va arriver votre avis d’impôt ?

30 mai 2021

Le calendrier détaillé.

 

Si vous avez transmis votre déclaration des revenus dans les délais légaux et si vous n'avez pas opté pour recevoir votre avis d'impôt sur le revenu par papier, votre avis sera disponible dans votre espace Particulier accessible depuis ce site ou par FranceConnect en utilisant l’identité numérique de votre choix (impots.gouv.fr, AMELI, La Poste, MobileConnect et moi) fin juillet - début août (à partir du 31 juillet 2020).

 

 

 

Les dates de réception de votre avis d’impôt 2021 selon votre situation

Source : Direction générale des finances publiques

 

     

 

 

Sur Internet

Par courrier

Vous bénéficiez d’un remboursement

Entre le 26 juillet et le 6 août 2021

Entre le 30 juillet et le 7 septembre 2021

Vous n’avez (plus) aucun montant à payer

Entre le 26 juillet et le 6 août 2021

Entre le 4 août et le 7 septembre 2021

Vous avez un montant à payer

Entre le 30 juillet et le 6 août 2021

Entre le 5 août et le 1er septembre 2021

           

 Cet avis d’impôt est à conserver précieusement : il peut en effet vous être demandé pour bénéficier de certaines aides sociales, pour décrocher un logement ou obtenir une carte bancaire gratuite dans une banque en ligne.


Pouvez-vous renoncer au prélèvement forfaitaire unique de 30 % ?

23 mai 2021

Depuis le 1er janvier 2018, les dividendes perçus par un contribuable sont imposés de plein droit au prélèvement forfaitaire unique (PFU) de 30% également appelé « flat tax ». Toutefois, le contribuable peut demander, sur option expresse, l’imposition de ses dividendes au barème progressif de l’impôt sur le revenu.

 

Le prélèvement forfaitaire unique de 30% est décomposé en deux parties :

  • 12,80% au titre de l’impôt sur le revenu,
  • 17,20% au titre des prélèvements sociaux.

Seuls quelques placements échappent au PFU, comme les livrets d’épargne réglementés type livret A qui sont totalement défiscalisés, ou les plans d’épargne en actions (PEA) de plus de 5 ans qui sont exonérés d’impôt. L’assurance vie, elle, n’est soumise au PFU de 30 % que sur les gains liés aux versements faits depuis le 27 septembre 2017 sur un contrat ouvert depuis moins de 8 ans.

 

Le PFU s’applique aux revenus (intérêts et dividendes) générés par les valeurs mobilières (actions, obligations, parts de Sicav et de FCP, etc.) détenus en comptes-titres, aux intérêts produits par les livrets bancaires ou par les comptes et plans d’épargne logement (CEL, PEL) ouverts depuis 2018, au gain récupéré en cas de clôture d’un PEA de moins de 5 ans, etc. Les intérêts et dividendes perçus en 2020 y ont été soumis au moment de leur encaissement, les établissements payeurs ont prélevé les 30 % à la source sur le montant brut des sommes qu’ils vous ont versées.

 

Le PFU s’applique aussi aux plus-values issues de la vente de valeurs mobilières ou de droits sociaux détenus en comptes-titres. Celles réalisées en 2020 y seront soumises cette année, sur leur montant diminué des moins-values de 2020 et de celles en report des dix dernières années. Le fisc appliquera les 30 % sur la plus-value nette de 2020 et il en réclamera le paiement en fin d’année.

 

Les épargnants qui y ont intérêt peuvent opter pour l’application du barème progressif de l’impôt. Le point sur les situations dans lesquelles cette option peut vous permettre de réduire la facture à payer cette année.

Il suffit de cocher la case 2OP située dans la rubrique de la déclaration de revenus dédiée aux revenus de capitaux mobiliers. Cette option permet d’être imposé sur une assiette plus faible car il pourra être alors déduit les frais financiers payés en 2020. Par ailleurs, il y a  un abattement de 40 % sur les dividendes d’actions, et d’un abattement de 50 % ou de 65 % sur les plus-values issues de la vente des actions acquises avant 2018.

 

Les personnes imposables dans une tranche supérieure du barème (à 30 % ou plus), mieux vaut ne pas renoncer au PFU car les dividendes supporteront au minimum à 18 % d’impôt (30 % x 60 %) si elles optent pour le barème.


Condé-en-Brie.  Accueil fiscal de proximité

19 avril 2021

Afin de vous aider pour votre déclaration des revenus, un agent des Finances publiques vous accueillera durant la campagne de déclaration au sein des locaux de la Maison de l'Agglomération de la Région de Château-Thierry située 1, rond-point du Cahot 02330 Condé-en-Brie.

 

Aux dates ci-contre

 

 

 

 


Impôt revenus 2020. Le simulateur 2021 en ligne

12 avril 2021

Combien payerez-vous en 2021 ?

Vous pouvez calculer en ligne le montant de votre impôt 2021 à payer sur vos revenus 2020 avec le simulateur proposé par la Direction générale des finances publiques (DGFiP). Selon les indications portées sur le site, ce calcul est anonyme.

 

Il existe deux modules de calcul :

modèle simplifié (ci-dessus)

modèle complet ICI

 

 

À noter : Le simulateur détermine, à titre indicatif, le montant de votre impôt sur le revenu uniquement si vous résidez en France.

 


Impôt 2021. Déclaration des  revenus 2020

9 avril 2021

Départements concernés

Date limite de déclaration en ligne

 

 

Les départements n° 1 à 19

Mardi 26 mai 2021 à minuit

 

 

Les départements n°2A à 54

Mardi 1er juin 2021 à minuit

 

 

Les départements n°55 à 974/976

Mardi 8 juin 2021 à minuit

 

 

 

 

Taux applicables aux revenus 2020

Fraction du revenu imposable

Taux d’imposition

10084

0%

10 085 € à  25 710 €

11%

25 711 € à 73 516 €

30%

73 517 € à 158122 €

41%

Au-delà de 158123 €

45%

 

En cas de non respect de ces dates, une sanction financière pourrait bien être appliquée. Vous encourez une majoration de 10% du montant de votre impôt et jusqu’à 40% après un mois de retard et une relance de l’administration.

En cas de déclaration automatique, les contribuables doivent seulement vérifier les informations préremplies. Si elles sont correctes et exhaustives, vous n’avez rien à faire.


Impôts 2021. Ce qui change

2 janvier 2021

Le gouvernement s’est engagé à ne pas augmenter les impôts des Français en 2021. Certaines mesures adoptées en 2020 devraient même permettre à de nombreux contribuables de réduire la note à payer au fisc.

 

Modification du barème de l’impôt

 

Barème de l’impôt sur le revenu 2021 : les tranches fiscales.

 

Le nouveau barème de l’impôt 2021 sur le revenu 2020 fait apparaître la fameuse tranche fiscale à 11% qui remplace définitivement celle à 14%. Comme d’habitude, les tranches sont revalorisées selon l’inflation.

 

 

Barème et tranche d’impôt 2021.

 
       
 

Revenu net imposable

  Taux d’imposition                

 
 

De 0 € à 10 084 €

0%

 
 

De 10 084 € à 25 710 €

11%

 
 

De 25 710 € à 73 516 €

30%

 
 

De 73 516 € à 158 122€

41%

 
 

Au-delà de 158 122€

45%

 

 

 RAPPEL :

 

 

Barème 2020 de l’impôt sur les revenus de 2019 

 
       
 

Revenu net imposable

  Taux d’imposition                

 
 

De 0 € à 10 064 €

0%

 
 

De 10 064 € à 27 794 €

14%

 
 

De 27 794 € à 74 517 €

30%

 
 

De 74 517 € à 157 806 €

41%

 
 

Au-delà de 157 806 €

45%

 

 

 Taux de la taxe sur les hauts revenus en 2021

 

Cet impôt supplémentaire est évalué en tenant compte du revenu fiscal de référence et non plus du revenu imposable.

 

  • Célibataire ou personne seule : 3% si le revenu fiscal est compris entre 250 000 € et 500 000 €. 4% au-delà.
  • Couple: 3% si le revenu fiscal est compris entre 500 000 € et 1 000 000 €. 4% au-delà. 

Extension de la décote 

 

La décote d’impôt accordée aux foyers faiblement imposés va être aménagée, ce qui permettra d’en faire bénéficier davantage de contribuables.

 

Son champ d’application sera étendu à tous les foyers dont l’impôt brut (calculé sur les revenus de 2020) est inférieur à 1 720 € (pour les célibataires) ou 2 847 € (pour les couples), alors que, cette année, elle a profité aux foyers dont l’impôt brut (calculé sur les revenus de 2019) était inférieur à 1 611 € ou 2 653 €.

 

Autre changement, la décote sera égale à la différence entre 779 € (célibataire) ou 1 289 € (couple) et 45,25 % de votre impôt brut en 2021, alors qu’elle était égale à la différence entre 1 208 € ou 1 990 € et 75 % de votre impôt brut en 2020. Résultat, si vous êtes célibataire et déclarez 25 000 € de revenus imposables, vous paierez 486 € d’impôt de moins en 2021 qu’en 2020, grâce aux modifications de la décote et du barème de l’impôt.

 

Exonération des primes « Covid » 

 

L’État a décidé d’exonérer d’impôt, dans la limite de 1 500 €, les primes « Covid » versées en 2020 aux salariés des secteurs de la santé, du social et du médico-social.

 

L’exonération sera totale pour les primes versées aux agents de la fonction publique mobilisés dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire et celles versées aux militaires engagés dans l’opération « Résilience » (opération destinée à soutenir les services publics pour faire face à l’épidémie).

 

Les aides du fonds de solidarité accordées aux travailleurs indépendants et aux dirigeants de sociétés pour compenser leurs pertes de chiffre d’affaires échapperont aussi à l’impôt, de même que les aides versées par le Conseil de la protection sociale des travailleurs indépendants.

 

Enfin, pour les salariés qui ont effectué des heures supplémentaires (ou complémentaires pour ceux qui travaillent à temps partiel) entre le 16 mars et le 10 juillet 2020, le plafond annuel d’exonération des rémunérations correspondantes sera porté de 5 000 € à 7 500 €.

 

Réévaluation de l’abattement « personnes âgées ou invalides »

 

L’abattement accordé aux contribuables âgés de plus de 65 ans ou invalides de condition modeste va être revalorisé de 0,2 %. Son montant sera égal à 2 446 € pour ceux dont le revenu imposable de 2020 ne dépasse pas 15 340 € et à 1 224 € pour ceux dont le revenu imposable est compris entre 15 341 et 24 690 €. Les couples mariés ou pacsés dont le revenu imposable respecte ces plafonds et dont les deux membres sont âgés de plus de 65 ans ou invalides auront droit à un abattement doublé.

 

Création d’un crédit d’impôt pour les bornes électriques 

 

Les contribuables qui feront installer un système de charge pour véhicule électrique par un professionnel dans leur résidence principale et/ou leur résidence secondaire entre 2021 et 2023 auront droit à un crédit d’impôt.

 

Son montant sera égal à 75 % des dépenses d’acquisition et de pose, et il sera plafonné à 300 € par système de charge. Pour un même logement, le bénéfice du crédit d’impôt sera limité à un système de charge pour les célibataires et à deux systèmes pour les couples soumis à imposition commune.

 

L’avantage obtenu sera imputable sur les impôts dus au titre de l’année du paiement de la dépense, et l’excédent éventuel sera remboursé par le fisc.

 

Le paiement de vos impôts 2021

 

La plupart des revenus perçus en 2020 ont déjà supporté l’impôt avec le prélèvement à la source. Vos salaires et vos pensions de retraite ont été soumis à une retenue à la source prélevée par votre employeur et vos caisses de retraite, vos bénéfices professionnels et vos loyers à un acompte d’impôt prélevé par le fisc sur votre compte bancaire chaque mois ou chaque trimestre.

 

L’impôt qui sera calculé par le fisc sur ces mêmes revenus l’an prochain, à partir de la déclaration que vous déposerez en mai ou juin 2021, sera comparé aux prélèvements à la source payés en 2020. Si le solde est négatif, l’impôt à la source payé en trop cette année vous sera remboursé au cours de l’été 2021. S’il est positif, vous devrez payer un complément d’impôt entre septembre et décembre 2021.


[Que Choisir] Réductions d’impôt. Ce qui change en 2020

11 septembre 2020